Le développement spatial chez les enfants

· 9 décembre 2018
Dans cet article, nous abordons le développement spatial chez les enfants. Ses caractéristiques à chaque étape et sa relation avec les capacités intellectuelles et motrices.

Le développement spatial chez les enfants conditionne leur place dans l’environnement dans lequel ils se trouvent. Ainsi que leur apprentissage à l’école et dans leur vie. Selon l’âge de l’enfant, la capacité d’établir ces repères s’améliore.

A mesure qu’il structure les notions spatiales, l’enfant commence à définir l’idée de son propre corps, de son schéma corporelCela signifie qu’il compose une image mentale de son corps par rapport à l’environnement. A partir de cette représentation, la connaissance du monde va évoluer.

Au début, le petit aura comme repère son propre corps, et progressivement, il atteindra les représentations mentales de la pensée adulte.

Le développement spatial chez les enfants

La notion de l’espace chez les enfants évolue parallèlement au reste de leur pensée.

Jusqu’à 2 ans

  • La notion de l’espace se réduit aux possibilités qu’il a pour se déplacer. L’espace correspond à ce qu’il voit.
  • Il possède son propre corps comme référence principale.
  • Même s’il perçoit des relations spatiales entre les choses, il n’arrive pas encore à les intérioriser. Ainsi, pour l’enfant, les choses « disparaissent » quand elles ne sont pas présentes dans son espace visuel.

De 2 à 6 ans

  • L’enfant a une idée encore limitée de l’espace. Il comprend l’espace de sa maison, l’espace des proches qu’il voit souvent et celui de l’école maternelle. Il s’agit d’espaces avec lesquels il a des relations affectives. Son espace est « l’ici ».
  • Il comprend les relations spatiales simples: en haut-en bas, devant-derrière, par exemple. Ces liens sont fondamentaux pour l’évolution de la notion spatiale chez les enfants.
  • Sa notion de distance est particulière. Pour lui, la distance entre deux objets est plus courte si un troisième objet s’interpose entre eux.
  • Il n’arrive pas à comprendre la notion de quartier, de ville ni de pays. Il peut mémoriser le nom de la ville ou du pays dans lequel il vit, mais cela ne veut pas dire grand chose pour lui.

« Au début, le petit aura comme repère son propre corps, et progressivement, il atteindra les abstractions de la pensée adulte »

De 6 à 11 ans

  • Sa capacité de localisation progresse. Petit à petit, il se libère de son égocentrisme. Ce qui lui permet d’avancer dans l’observation objective. L’enfant est capable de percevoir un lieu même s’il n’a pas eu de contact préalable avec lui. Il comprend le « plus loin » faisant référence aux espaces inconnus.
  • Peu à peu, il acquiert le concept d’environnement local et national. Sa notion de l’espace s’amplifie.
  • Grâce à l’observation objective, il est capable d’analyser et de représenter l’espace. Par exemple, il peut dessiner une rangée d’arbres avec une perspective. Le plus grand représentera le plus proche, le plus petit le plus loin. Les changements de taille démontreront sa conception des distances spatiales.
  • Il acquiert la notion de l’espace géographique. Il peut localiser un lieu inconnu sur une carte et comprendre ce que cela représente.
  • Au fur et à mesure qu’il grandit, sa conception de l’espace se consolide. Il parvient à s’orienter et à ne pas se perdre en utilisant des repères externes. Par exemple, un bâtiment ou un panneau sur son chemin.
Le développement spatial conditionne la place de l'enfant dans l'environnement dans lequel il se trouve.

A partir de 12 ans

  • La puberté correspond à une étape de changements importants, non seulement physiques mais aussi conceptuels. La pensée des adolescents évolue avec des représentations mentales et plus avec des images de choses palpables. Leur notion de l’espace ne dépend plus du concret mais de conceptualisations.
  • La structuration spatiale complète son développement et permet des représentations mentales de dimensions non vérifiables par les organes des sens. L’adolescent comprend les concepts astronomiques. Par exemple, les distances entre les planètes ou les étoiles.

Comment stimuler le développement spatial chez les enfants ?

La psychopédagogie affirme que le développement spatial chez les enfants conditionne l’apprentissage en général. Il a une influence directe dans la lecture, l’écriture ainsi que les mathématiques.

Le développement spatial évolue au fur et à mesure que les enfants grandissent.

Par conséquent, il est très important que les parents et les enseignants encouragent et stimulent ce développement.

Le processus

Dans la petite enfance, il faut travailler « l’espace vécu » à travers l’expérience directe. Il est primordial de permettre à l’enfant d’explorer les espaces physiques dans lesquels il se trouve. Cela implique de le laisser se déplacer à quatre pattess’asseoir par terre et ramper.

Il faut également proposer à l’enfant des jeux qui stimulent les concepts de: droite-gauche, devant-derrière, avant-après, en haut-en bas, dedans-dehors, proche-loin et début-fin.

Les sorties, les promenades et les voyages sont d’excellentes occasions pour encourager le développement du concept spatial.

Bien que la psychopédagogie présente des généralisations qui peuvent être prises comme paramètres, nous ne devons jamais oublier que chaque enfant est un cas individuel. C’est donc ainsi qu’il doit être abordé et écouté.