La violence verbale : une forme de violence envers les enfants

26 février 2019
La violence ne s'exerce pas seulement par des coups. Les mots peuvent aussi avoir un effet dévastateur sur l'estime de soi et le développement des enfants. Les parents devraient en être conscients et essayer de l'éviter.

L’éducation des parents est un défi pour tous les parents. Aussi difficile que cela puisse devenir, la violence ne peut être utilisée comme méthode d’enseignement.

La mauvaise instruction et le mauvais caractère de nombreux adultes font de la violence verbale une forme de plus en plus courante de violence envers les enfants.

Quand on parle de violence envers les enfants, on imagine souvent des coups, des attaques, des poussées et des réprimandes douloureuses sur les petits. Cependant, certaines actions plus petites, qui peuvent même passer inaperçues, peuvent faire des ravages sur le développement émotionnel et l’estime de soi des enfants.

Les parents qui ne savent pas comment « contrôler » leurs enfants ou ne trouvent pas le moyen de « leur faire comprendre » ce qui est bien et ce qui est mal recourent au mépris, à la sous-estimation et même aux insultes pour imposer leur autorité et enseigner. Pourtant, c’est la pire des méthodes.

Les années qui passent et les progrès remarquables de la civilisation humaine n’ont pas fait de la violence verbale une forme de violence envers les enfants qui commence à disparaître. Au contraire, elle est encore présente dans de nombreux domaines de la vie quotidienne.

Pourquoi la violence verbale est-elle une forme de maltraitance des enfants ?

Le 20 novembre 1989, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la Convention internationale des droits de l’enfant. Il s’agit d’un document de 54 pages qui est devenu le traité relatif aux droits humains le plus largement accepté dans le monde. De nombreux pays ont adhéré à ses lois et même à sa constitution.

Cette Convention établit que les enfants et les adolescents sont des sujets à part entière de droits, méritant respect, dignité et liberté. En outre, la conception archaïque de l’enfant comme objet passif d’intervention de la famille, de l’Etat et de la société est abrogée.

« La Convention internationale relative aux droits de l’enfant place les enfants en position de détenteurs de tous les droits que possèdent les adultes, ajoutant d’autres droits spéciaux en raison de leur statut particulier de personnes en développement. »

Il s’ensuit que la violence verbale comme moyen de manquer de respect aux enfants et de porter atteinte à leur dignité est considérée comme une violation de la loi dans les 195 pays qui composent l’ONU.

violence verbale dans la famille

Les formes les plus courantes de violence verbale

Les mots peuvent blesser autant voire plus qu’un coup. Leurs effets durent dans l’esprit des enfants, puisqu’ils prennent les figures paternelles comme source de sagesse et d’enseignement. Cela les mène à se dire que : « si mon père ou ma mère me dit que je ne fais rien de bien, c’est que cela doit être vrai. »

C’est pourquoi la violence verbale est considérée comme une forme de violence envers les enfants qui cause une détresse émotionnelle. Selon l’équipe diocésaine de l’enfance et l’adolescence (EDNA), une association argentine qui proclame les droits de l’enfant, la violence verbale prend deux formes.

1. L’active : elle comprend le manque de respect, l’insulte, le surmenage et le manque de compréhension. Elle se manifeste par des phrases telles que :

  • « Tu ne sers à rien. »
  • « T’es bête. Tu ne comprends pas ce que je t’explique ? »
  • « Ne rentre pas la tête, tu as l’air de penser avec tes pieds. »
  • « Tu es grand, j’en ai marre de toi. »
  • « J’en ai marre de devoir te répéter les choses encore et encore. »
  • « Tu es aussi bête que ta mère/ton père. »
  • « Tu verras quand on rentrera à la maison. »

2. La passive : elle englobe l’indifférence, la déloyauté et le désintérêt. Elle peut causer des troubles graves, tels que la dépression anaclitique.

Les conséquences de la violence verbale

Malheureusement, cette violence verbale est devenue une manière d' »éduquer » qui est même largement acceptée dans la société. En effet, il y a toujours quelqu’un pour faire remarquer : « quand j’étais enfant, on nous battait avec une ceinture. On nous apprenait à nous tenir. »

Accepter la violence sans réfléchir de manière critique à ses effets possibles est l’une des pires attitudes que la société puisse adopter.

En outre, cela peut causer de graves problèmes dans la stabilité émotionnelle de l’enfant. En effet, ces problèmes peuvent être des atteintes à son estime de soi, la destruction de sa volonté et de sa capacité à établir des relations avec les autres.

Cela peut être aussi un sentiment d’insécurité et de peur de ses parents – qui devraient inspirer exactement le contraire. De même, cela peut engendrer un sentiment de culpabilité pour ne pas avoir satisfait leurs exigences.

les conséquences de la violence verbale

Comment prévenir la violence verbale ?

L’EDNA recommande les mesures suivantes pour faire de la violence verbale une forme de violence envers les enfants qui appartient au passé :

  • N’amoindrissez pas son estime de soi. Valorisez ses réussites et encouragez sa volonté de s’améliorer.
  • Soyez un bon exemple. Les enfants voient et absorbent tout. Par conséquent, s’ils voient leurs parents crier, menacer et frapper pour résoudre leurs problèmes, alors ils feront la même chose à l’avenir avec leur entourage.
  • Parlez à votre enfant. Gardez toujours à l’esprit que c’est un enfant et qu’il a beaucoup à apprendre. Puisqu’il ne se comportera pas toujours bien, vous devriez lui parler pour lui expliquer pourquoi on s’attend à ce qu’il se comporte bien.
  • N’en faites pas trop. S’il y a quelque chose qui détruit l’estime de soi d’un enfant, c’est de ne pas être capable de faire ce que ses parents lui demandent. Alors encouragez-le à toujours être meilleur, mais pas de rivaliser et de battre tout le monde.

Ces dernières années, de nombreuses campagnes de sensibilisation visent à éliminer complètement la violence verbale. Donc, si vous êtes témoin d’une situation dans laquelle cette violence se présente, essayez de vous impliquer ou d’alerter les bonnes personnes pour éviter d’autres préjudices.