Les raisons pour lesquelles le miel n’est pas conseillé aux bébés

8 février 2018
On connait les multiples bienfaits du miel. C’est un produit naturel et 100% recommandé dans de nombreux cas. Cependant, il existe des raisons importantes de ne pas le recommander aux bébés de moins d’un an. Ce sucrant naturel contient notamment du sucre, et d’autre part, il peut être dangereux car il peut contenir une bactérie susceptible de porter atteinte à la santé des bébés.

De nombreuses familles considèrent que le miel peut nous aider à adoucir naturellement le lait et les aliments des bébés. Et même, on peut parfois en mettre sur les tétines, ou l’appliquer sur des brûlures ou des blessures. Bref, on l’utilise de nombreuses façons différentes, alors que ce n’est pas toujours la meilleure des options.

De même qu’il existe de nombreuses raisons de consommer du miel, il y en a aussi beaucoup qui justifient de restreindre cette consommation chez les bébés. Nous savons que c’est un produit idéal pour la santé de l’homme, qui est utile dans de nombreux cas, délicieux et nutritif. Mais il y a des raisons scientifiquement prouvées qui interdisent d’en donner aux enfants de moins de douze mois.

Dû à ces propriétés sans fin qu’on attribue à cet aliment, les adultes n’hésitent pas à le considérer comme un aliment idéal pour leurs enfants également. Cependant, selon les spécialistes, on commet alors de graves erreurs sans le savoir. Découvrez dans la suite les principales raisons pour lesquelles on devrait se préoccuper.

Donner du miel aux bébés est dangereux

Le miel est un produit naturel qui contient une bactérie connue sous le nom de Clostridium botulinum. Elle peut provoquer le botulisme. Cette bactérie peut survivre dans le miel, et quand elle atteint l’intestin du bébé, même s’il n’est pas mûr, elle peut occasionner des problèmes graves.

Veillez aux symptomes du botulisme chez votre bébé

Ce risque affecte seulement les bébés de moins de douze mois. La bactérie est inoffensive chez les adultes ou les enfants plus grands. Le système digestif a des défenses naturelles contre cette bactérie et contre certaines autres, et d’autre part, l’acidité de l’estomac est sa première barrière. Cependant, ces défenses ne sont pas encore développées quand il s’agit de bébés.

D’autres édulcorants provenant de la canne à sucre peuvent également être nocifs. Ils se trouvent alors dans la liste des aliments qui peuvent favoriser le développement du botulisme chez l’enfant. On considère qu’on a commencé à diagnostiquer ce problème il y a quarante ans. La bactérie a été identifiée dans de nombreux organismes, où de la terre est présente, et en grande quantité, du miel.

Naturellement, il y a d’autres éléments qu’on ne peut pas contrôler. Mais la consommation de cet aliment peut être arrêtée de façon immédiate. Pour cette raison, une fois qu’on a découvert cela, des alertes de risque pour les bébés sur la consommation de miel ont été lancées.

Le miel peut contenir la bactérie Clostridium botulinum

Les spores de la bactérie clostridium botulinum peuvent demeurer dans de nombreux produits dérivés du miel d’abeille ainsi que du miel de canne. Cette bactérie est considérée comme le précurseur de la maladie qu’on connait sous le nom de botulisme. Le botulisme peut être très grave et est une maladie potentiellement mortelle, qui affecte avec une plus grande intensité les bébés entre la sixième semaine et les six mois suivants la naissance.

Le miel, un aliment idéa l?

Les symptômes de cette maladie apparaissent dès les premiers jours d’incubation, quand le spore du clostridium botulinum atteint l’intestin du bébé. Et elle peut évoluer dans un délai d’un mois. Au début, elle se manifeste par de la constipation, ce pour quoi il est souvent difficile de la distinguer d’autres maladies.

Les autres symptômes qui indiquent la présence de cette maladie sont les suivants :

  • La faiblesse des muscles
  • Difficulté à garder la tête droite
  • Problèmes respiratoires
  • Paupières lourdes
  • Pleurs faibles et répétés
  • Étouffements lors de la succion et au moment d’avaler
  • Manque de tonus dans les muscles
  • Léthargie
  • Paralysie ou mobilité déficiente dans les extrémités inférieures
  • Perte de réflexe au moment de vomir

En général, cette maladie est traitée avec efficacité quand elle est diagnostiquée à temps. On la contrôle à l’aide d’immunoglobuline botulinique, et elle peut ainsi disparaitre dans un délai relativement court. Mais dans la plupart des cas, la maladie requiert tout de même une hospitalisation.

Le traitement complet implique de maintenir une alimentation adaptée, et de veiller à ce que le système respiratoire ne soit pas bloqué, et qu’il fonctionne bien. Car il est à savoir que les complications que la maladie peut entrainer sont principalement liées à d’éventuels problèmes respiratoires.

 

 

A découvrir aussi