La timidité pendant l’enfance : comment y faire face ?

12 février 2019
La timidité se développe tout au long des différentes étapes de l'enfance tel un modèle de comportement qui représente un véritable défi. Cela entraîne chez l'enfant des difficultés à interagir avec son entourage et une peur d'affronter de nouvelles situations.

La timidité pour certains enfants est un grave problème. Cependant, la timidité est un trait de la personnalité de nombreuses personnes. Pendant l’enfance, cette caractéristique peut faire partie du développement de l’enfant. C’est pourquoi l’on considère certains comportements comme normaux.

Bien que l’origine de la timidité puisse être génétique, le traitement des parents et de l’entourage influe beaucoup. Ainsi, si les mesures appropriées sont prises, l’enfant peut surmonter cette caractéristique génétique et devenir extraverti en grandissant.

Afin d’y parvenir, il est nécessaire de comprendre ce que traverse l’enfant à chaque étape. Les parents possèderont ainsi les outils nécessaires pour que l’enfant développe ses capacités et ne soit pas limité par la timidité.

Signes de la timidité à chaque étape de l’enfance

De nombreux enfants sont naturellement timides dès leur naissance. Cela est dû en grande partie à la neurochimie.

Premiers mois

Pendant les premiers mois, certains bébés sont plus tolérants à la compagnie d’autres personnes bien qu’ils n’appartiennent à pas leur entourage proche. En règle générale, lorsque quelqu’un leur sourit, les bébés se sentent à l’aise.

Pendant cette période, l’enfant reconnaît ses parents. Néanmoins, il n’a pas la capacité d’identifier les visages de chacun d’entre eux. Pour autant, le fait de satisfaire ses besoins contribue à ce qu’il ne présente pas une timidité excessive ultérieurement.

Lisez également :
Qu’est-ce qui influence la génétique du bébé ?

Un enfant timide se cache le visage

6 mois

À 6 mois, l’enfant a tendance à être très méfiant. Il reconnaît déjà le visage de ses parents et de ceux avec qui il passe le plus de temps. C’est pourquoi un nouveau visage lui semble étranger ou entraîne chez lui de l’insécurité.

À cette étape de l’enfance, il est très courant que l’enfant souhaite se sentir soutenu et en sécurité. Il cherche cela chez ceux qui lui sont proches. Ainsi, lorsque ceux-ci sont absents, l’enfant ressent la peur de la séparation.

De nombreux parents, par crainte que le bébé ne développe une dépendance absolue, forcent en général la séparation. Néanmoins, c’est quelque chose qu’il doit apprendre tout seul. Au fur et à mesure qu’il va grandir, il commence à se sentir plus en sécurité. Il peut cependant manifester une certaine timidité d’une façon ou d’une autre.

2 ans

À deux ans, les enfants -en règle générale -ne saluent pas les étrangers. Ils se cachent derrière leurs parents, par besoin de protection.

Bien que ce comportement soit lié à la timidité, les enfants à cet âge sont en réalité socialement sélectifs. S’ils n’échangent pas avec d’autres enfants, cela ne veut pas dire que cela ne leur plaît pas. Ils préfèrent sûrement jouer seul. En général, les enfants se fâchent en se prenant les jouets ou en se traitant mal. En évitant ces situations, ils sont ainsi tranquilles.

Néanmoins, si la timidité pendant les étapes de l’enfance est excessive, cela pourrait supposer un problème.

Si l’enfant a déjà trois ans et qu’il ne montre pas un intérêt particulier pour se sociabiliser, qu’il ne joue pas avec d’autres enfants, qu’il est insensible au contact physique, qu’il ne s’exprime pas clairement ou démontre de l’anxiété devant une situation nouvelle, l’aide d’un spécialiste peut s’avérer nécessaire.

3 ans

De 3 à 6 ans, l’enfant commence à développer certaines capacités intuitives. Il est ainsi capable d’avoir une meilleure interaction avec les autres. Cependant, cela peut également créer chez l’enfant certaines peurs. Cela peut le rendre plus sensible au contact avec autrui.

Il se préoccupe souvent de ce que l’on pense de lui et ne supporte pas les commentaires négatifs. En outre, il a peur de ne pas remplir les attentes de ses êtres chers. Ils deviennent critiques d’eux-mêmes, ils se concentrent sur les faiblesses. De plus, ils pensent qu’ils n’ont pas le courage d’affronter les situations craintes.

Comment peut-on combattre la timidité pendant l’enfance ?

Avant tout, il est nécessaire de prendre en compte la manière dont les enfants manifestent leurs émotions. Souvent, le comportement, la façon de jouer et les dessins peuvent donner une idée de ce que ressent l’enfant. Cela est utile pendant les premières étapes. En effet, il est compliqué qu’il puisse l’exprimer avec des mots.

  • Les enfants sont fréquemment intimidés devant une personne étrangère. S’ils jouent, ils s’arrêtent. Pour surmonter ce moment inconfortable, il est nécessaire que les parents le tranquillisent. Un sourire, un câlin ou des mots de réconfort seront très utiles pour que l’enfant soit en confiance.
  • Bien que l’enfant ne se sente pas à l’aise, il n’est pas prudent de le garder loin des autres. On doit l’aider à s’intégrer. Cette exposition sociale est utile, il sera plus détendu au contact d’autres personnes.
  • Quand il sera plus grand, à l’âge de raison, il n’est pas prudent de lui dire qu’il est timide. Cela peut paraître une critique et, par conséquent, il pourrait se rétracter davantage.
  • Pour lui donner de l’assurance, il est plus sage d’exprimer que l’enfant a besoin de temps pour se sentir à l’aise avec ceux qu’il ne connaît pas.
  • Il est également essentiel que vous ayez des attentes réalistes. En effet, l’on peut surmonter la timidité. Néanmoins, attendre trop de lui peut avoir des répercussions sur son comportement.
Un enfant fait un câlin à sa mère

Est-il possible de surmonter la timidité pendant l’enfance ?

Bien que cela puisse paraître préoccupant, il n’existe pas de manière de savoir si un enfant timide cessera de l’être. Dans de nombreux cas, la timidité a pu être surmontée. En grandissant, les enfants peuvent ainsi se développer. 

On a déterminé qu’au fur et à mesure qu’avance le temps, l’expérience qu’acquiert l’enfant dépasse ses caractéristiques génétiques. Ainsi, vous n’avez pas à vous inquiéter.

En tant que père ou mère, vous devez vous efforcer de lui apporter de la stabilité, du soutien et de l’amour. Si vous l’aidez à se sentir à l’aise, il aura la confiance nécessaire pour surmonter sa timidité.

 

 

  • Cano Vindel, A., Pellejero, M., Ferrer, M. A., Iruarrizgada, I., & Zauzo, A. (2001). Aspectos Cognitivos, Emocionales, Genéticos Y Diferenciales De La Timidez. Revista Electrónica de Motivación y Emoción
  • Ito, L. M., Roso, M. C., Tiwari, S., Kendall, P. C., & Asbahr, F. R. (2008). Terapia cognitivo-comportamental da fobia social. Revista Brasileira de Psiquiatria. https://doi.org/10.1590/S1516-44462008000600007
  • Olivares, J., Rosa, A. I., Piqueras, J. A., Sánchez-Meca, J., Méndez, X., & García-López, L. J. (2002). Timidez y fobia social en niños y adolescentes: Un campo emrgente. Psicologia Conductual. https://doi.org/10.1016/S0975-3575(11)80026-X