Pourquoi ma fille parle-t-elle à la troisième personne ?

Votre fille utilise-t-elle la troisième personne pour parler d'elle ? Cette tendance est fréquente chez les jeunes enfants mais, après un certain âge, elle peut indiquer la présence de troubles importants. Nous vous en disons plus ici.
Pourquoi ma fille parle-t-elle à la troisième personne ?

Dernière mise à jour : 25 novembre, 2022

L’acquisition de la parole est une étape importante dans le développement de l’enfant. Les compétences de communication des enfants évoluent et progressent à mesure qu’ils grandissent et interagissent avec leur environnement. Cependant, il y a parfois des retards ou une stagnation qui peuvent alerter. Par exemple, si votre fille parle d’elle à la troisième personne, vous devrez peut-être consulter un professionnel pour déterminer pourquoi.

Généralement, nous autres humains parlons à la première personne : c’est-à-dire que nous utilisons le pronom « je » pour exprimer nos désirs, nos expériences et nos opinions. Lorsqu’un enfant se réfère à lui-même à la troisième personne, il utilise généralement les pronoms « il », « elle » ou directement son propre prénom comme sujet de la phrase. Cette anomalie est frappante et peut être due à diverses causes. Par conséquent, nous allons vous expliquer ci-dessous quelles sont les plus courantes afin que vous puissiez aider votre enfant.

Votre fille parle-t-elle à la troisième personne ?

Pour identifier si votre fille parle à la troisième personne, posez-vous les questions suivantes : utilise-t-elle souvent des phrases pour parler d’elle-même telles que « Marie veut plus de bonbons », « elle ne veut pas prendre son bain » ou « elle a sommeil » ? Ce type d’expression verbale est courant dans les premières années de la vie des enfants. Dès qu’ils commencent à communiquer, jusqu’à l’âge de trois ans environ, ceci est relativement fréquent. Cependant, une fois l’âge de 4 ans atteint, ce signe peut nous alerter sur un problème majeur.

De nombreux parents commencent à prêter attention à ces manifestations lorsque leurs enfants débutent l’école. C’est là qu’ils observent les différences par rapport aux autres enfants du même âge. Et il est possible que, bien que votre petite fille ait fait des progrès significatifs dans ses compétences en communication, elle utilise encore la troisième personne. À quoi cela peut-il être dû ?

Tout d’abord, il est essentiel de prendre en compte l’âge car ce mode d’expression peut faire partie du processus de maturation. Si la petite fille a déjà commencé l’éducation préscolaire et continue à l’utiliser, il faut se demander si elle peut imiter ce qu’elle observe à la maison. En effet, il est courant que les adultes utilisent ce type de langage avec les enfants. Par exemple, si nous leur disons « Maman est fatiguée » ou « Papa ne peut pas jouer avec toi pour le moment », ils sont susceptibles de répéter cette formulation lorsqu’ils parlent d’eux-mêmes. Changer cet aspect peut donc aider.

Si votre fille parle à la troisième personne et présente également des hallucinations, des délires, des troubles du langage ou un comportement désorganisé, vous devriez consulter un professionnel car il pourrait s’agir d’un cas de psychose infantile.

Raisons pour lesquelles votre fille parle à la troisième personne

Une fois les aspects précédents passés en revue, il est important de considérer qu’il existe certaines causes médicales qui peuvent amener les enfants à parler à la troisième personne, et principalement la psychose ou un certain degré de trouble du spectre autistique (TSA).

Psychose infantile

La psychose infantile englobe un large groupe de troubles qui ont une base commune : l’enfant est incapable de différencier sa réalité interne de la réalité externe. Ainsi, les perceptions erronées, les pensées illogiques et les fantasmes sont considérés comme vrais et causent de la confusion et des interférences dans la vie quotidienne de l’enfant.

Parmi le vaste ensemble de symptômes qui peuvent survenir, des troubles de la communication apparaissent, comme parler de soi à la deuxième ou à la troisième personne. C’est-à-dire que l’enfant peut dire « tu as faim » ou « il a faim » au lieu de l’exprimer à la première personne comme on pourrait s’y attendre (j’ai faim). Cela peut indiquer que le petit a des difficultés à reconnaître sa propre identité et à se différencier des autres individus.

Il faut savoir que la psychose est rare dans la population infantile et qu’elle apparaît généralement dans la deuxième décennie de la vie. Même ainsi, certains symptômes prodromiques de la psychose infantile peuvent se manifester dès l’âge de trois ans.

Troubles du spectre autistique

Les TSA peuvent se présenter à des degrés très différents et affecter chaque enfant différemment. Pourtant, parler de soi à la troisième personne, à la deuxième personne ou avec des questions est courant chez ceux qui en souffrent. C’est pourquoi cela constitue un signal d’alarme important.

Certains enfants auront déjà montré des signes mais, pour de nombreux parents, cela peut être la première indication claire que quelque chose ne va pas. Cependant, il convient d’analyser si d’autres manifestations telles que les suivantes sont présentes :

  • L’écholalie : il s’agit de l’imitation de sons, de mots ou de phrases immédiatement après les avoir entendus.
  • L’enfant s’exprime de manière impersonnelle ou construit des phrases dans lesquelles il n’y a pas de sujet pour réaliser l’action. Par exemple, la petite fille dit « sac dans le placard » pour indiquer qu’elle veut mettre le sac dans ou hors du placard, ou que quelqu’un d’autre l’a fait.
  • Mouvements stéréotypés et répétitifs.
  • Intérêts restreints.
  • Difficultés à établir des relations sociales avec ses pairs.
Il est courant pour un enfant atteint de troubles du spectre autistique de parler de lui-même à la troisième personne, à la deuxième personne ou avec des questions.

Si votre fille parle à la troisième personne, demandez l’aide d’un professionnel

Bref, les raisons pour lesquelles votre fille se réfère à elle-même à la troisième personne peuvent être diverses et toutes ne sont pas aussi graves. Il est possible qu’il s’agisse d’un simple retard de communication ou qu’il existe un trouble majeur nécessitant un traitement. Dans tous les cas, seuls des professionnels qualifiés peuvent établir un diagnostic et guider vers les interventions les plus appropriées.

Pédiatres, neurologues, psychiatres, psychologues pour enfants et orthophonistes sont quelques-uns des spécialistes qui peuvent aider à déterminer les causes de cette anomalie et dire aux familles ce qu’il faut faire. Par conséquent, en cas de doute, recherchez des conseils et des réponses. Le dépistage précoce et les soins précoces sont essentiels.

Cela pourrait vous intéresser ...
Évolution du langage : les caractéristiques de l’étape pré-linguistique
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Évolution du langage : les caractéristiques de l’étape pré-linguistique

Les bébés établissent du contact et de la communication à travers les sens et ont leur propre langage, apprenez-en plus à ce sujet.



  • García, M. P. (2002). Trastornos de la comunicación en el autismo. Revista galego-portuguesa de psicoloxía e educación, 8, 409-417. Recuperado de: http://ruc.udc.es/dspace/bitstream/2183/6911/1/RGP_8-29.pdf
  • Sánchez-Rodríguez, J. (2014). La intervención desde la psicomotricidad relacional en la psicosis
    infantil. Revista Iberoamericana de Psicomotricidad y Técnicas Corporales, 39, 26-40.